• Alain

Joe Janvier and Cie 23


Après avoir dynamité le Bullfrog Monster qui retenait l'eau de la rivière Tobique qui avait justement plus d'eau à leur arrivée et une fois le monstre explosé, l'eau s'est remise à couler, nos sept compagnons d'aventure se sont séparés. Pour gagner un peu d'argent, Joe Janvier, Eddé le sauvage, Tit-Lys et la Chique à Jalbert se sont engagés sur la drave sur la rivière Tobique pendant que le capitaine Beausoleil et Armand le quéteux-sorcier partaient pour Moncton dans la voiture de Joe tirée par le cheval noir de Joe, Noirot. Pour cet épisode, on va aller voir l'équipe des draveurs qui vont avoir tout un rendez-vous avec un personnage pas ordinaire.


Une réincarnation de Glooscap.

  • Woodstock, je sens que c'est icitte que s'arrête la drave pour nous autres, mon Joe.

  • Hein, qu'est-ce que tu dis Eddé ? la drave est pas encore fini icitte.


  • Pour nous autres, ça fini icitte, mon Joe, c'est ce qu'ont décidé les esprits. A soir, on va demander notre paie au foreman, ensuite, il faut aller à la réserve de Woodstock Première Nation. C'est là qu'on pourra avoir les indications pour la suite de notre mission.


  • Bon, ce sera pas facile de s'arranger avec le forman Fraser mais, il va nous donner ce qu'il nous doit pis nous autres, il faut qu'on aille à notre mission.

Ca faisait plusieurs jours que la petite équipe de Joe Janvier and Cie s'était séparée en deux. Les deux qui n'étaient pas de l'équipe d'origine et qui n'étaient pas maîtres draveurs c'est-à dire le capitaine Beausoleil et Armand le quéteux étaient partis vers Moncton avec la voiture tirée par Noirot pendant que Joe Janvier, Eddé le sauvage, Tit-Lys et la Chique à Jalbert, pour faire un peu d'argent, descendaient avec la drave. Le fantôme de Faucher de Saint-Maurice avait disparu pour l'instant mais chacun savait qu'il allait réapparaître en son temps.

Tous les gars de bois avaient quitté la rivière pour se rendre au camp de Woodstock où c'est qu'un gros cook leur avait préparé à manger. Tous les gars de bois sauf Joe Janvier, Eddé le sauvage, Tit-Lys et la Chique à Jalbert. Eux autres, ils sont allé voir le foreman Fraser. C'est le vieux Joe qui a pris la parole.

  • Foreman Fraser, nous autres, on s'arrête icitte, on a quelque chose d'important à faire dans le pays. On voudraient juste nos paies avant de partir.

  • Quoi ? De qui tu te moques ? Joe Janvier, vous aurez vos paies quand vous aurez fini la drave.

  • Ben justement, pour nous autres c'est fini, et vous allez nous donner l'argent que vous nous devez.

  • Vous aurez pas une cent tant qu'on sera pas arrivé à Fredericton.

  • Ecoute ben ma tête carrée d'anglais, tu ferais mieux de nous donner notre argent si tu veux pas goûter des poings à Joe Janvier.

  • Vous voulez jouer les toughs, allez y les gars, donnez leur une leçon.

Quatre gars des employés fidèles à Fraser se sont avancés vers nos quatre maîtres draveurs de la Mauricie. Ils s'y sont allés à quatre parce que, à l'époque, on se battait à la loyale.

Le premier est allé vers Joe Janvier et a été reçu avec un direct du droit qui a claqué sec et qui t'a envoyé notre bonhomme au plancher. Le deuxième a pas eu le temps d'aller sur Tit-Lys, Tit-Lys était déjà sur lui, l'avait mis au plancher et t'y rinçait la gueule à grands coups de poing. Celui qui a voulu s'en prendre à Eddé le sauvage a pas compris ce qu'il lui arrivait, il a attrapé que du vent pour se sentir attrapé lui même et projeté cinq pieds plus loin. La Chique à Jalbert lui, il avait sa technique ben particulière, quand le gars est arrivé, il t'y a spitté un crachat de tabac juste en dessous de la semelle, l'autre a glissé sur le crachat, il est tombé sur le dos et c'est là que la Chique lui a fait sa fameuse descente du coude dans le ventre. OUF

Les quatre attaquants étaient tous hors de combat.

  • Ha ben ma bande de canailles de québécois, a fustigé le foreman Fraser. Les gars, allez y toute la gang.

Là, il y en a ben une quinzaine de gros gars qui se sont avancés en direction de nos quatre draveurs mauriciens.

C'est là qu' Eddé le sauvage s'est avancé devant les trois autres.

  • Restez en arrière mes amis, je me sens bizarre, je pense qu'il va se passer quelque chose.

Ben comme de fait, il s'est passé quelque chose et quelque chose de pas ordinaire. Devant tout le monde, Eddé le sauvage s'est mis à grandir, pis grandir, pis à grandir jusqu'à devenir un géant de douze pieds. Pour encore extraordinaire, ses vêtements avaient grandis en même temps que lui.

Ca pas été long que nos quinze bonhommes avaient décampé. Le foreman Fraser avait voulu en faire autant mais Joe Janvier l'avait rattrapé d'une main solide par le bras.

  • Wow minute ma tête carrée, où c'est que tu vas comme ça ? tu nous as pas encore payé.

  • Oui, oui, venez, je vas vous donner vos paies mais demande à ton ami qu' il rapetisse.

Eddé le sauvage avait repris sa taille normale et avec Tit-Lys et la Chique à Jalbert, il suivait Joe et le foreman Fraser qui se dirigeait vers le camp.

Le foreman est rentré dans un cabane en planches pis il en est ressorti avec une liasse d'argent.

  • Tenez, je vous en ai mis un peu plus parce que, je voulais pas vous le dire mais vous êtes les meilleurs maîtres draveurs que j'ai jamais vu.

  • Merci foreman Fraser, on aurait aimé finir la drave mais on a une grande mission à accomplir, on peut pas vous en dire plus.

L'équipe de Joe Janvier and Cie est parti vers la ville.

  • Ecoutez les gars, on a de l'argent, on pourrait aller se boire une bière à la taverne avant de continuer notre mission.

  • Ca c'est une bonne idée ça mon Joe, a dit la Chique à Jalbert.

  • Excusez moé de vous casser votre fun les gars, a dit Eddé le sauvage, mais c'est pas le temps d'aller boire à la taverne, c'est le temps d'aller à la réserve des Premières Nations de Woodstock.

  • T'as raison Eddé, là c'est toé qui mène, a dit Joe Janvier. Mais dis moi donc, je savais que t'avais toutes sortes de pouvoirs comme invoquer les esprits des animaux pour qu'ils viennent t'habiter pour te donner leurs forces pis leurs aptitudes mais je savais pas que tu pouvais te grandir jusqu'à douze pieds.

  • Ben justement, c'est pas moé , Joe, c'est pas moé qui me suis grandi à douze pieds. Ca c'était juste une illusion pis c'est pas moé qui en est responsable.

  • C'est qui ? si c'est pas toé, c'est toujours ben pas Tit-Lys ou la Chique.

  • Ben sûr que non, c'est le medecine man de la réserve des Premières Nations de Woodstock. Certains disent que c'est une réincarnation de Glooscap. C'est un vieil aveugle qui a l'habitude de quitter sont corps pour voyager en esprit aussi aisément que le fait le fantôme de Faucher de Saint-Maurice. C'est lui qui a fait croire à tout le monde que j'avais grandi jusqu'à douze pieds. Il nous appelle pour nous aider dans la suite de notre grande mission. C'est pour ça qu'on a pas le temps d'aller boire une bière. On a rendez vous avec une réincarnation de Glooscap.

Ca, c'est tout un rendez-vous qu'ont là nos quatre maîtres-draveurs. On vous invite aussi à être au rendez-vous au prochaine épisode des aventures de Joe Janvier and Cie.


0 vue0 commentaire