• Alain

Joe Janvier and Cie 1


La grande épopée de Joe Janvier and Cie a commencé au printemps 2019 en plein confinement. Pour compenser les rendez-vous mensuels de racontée à la Main O Fût ( un bar de Puy en Velay) le collectif de conteurs « Contes al Païs » avait décidé de s'envoyer des histoires par courriels. J'étais en plein dans ma découverte des plaisirs du feuilleton avec mon émission « Pulp Radio »avec tous ses radio heros des années 30 et Beausoleil le Grand Rebelle. L'idée de faire une épopée à feuilleton de Joe Janvier, une légende de la Mauricie qui se trouve à être mon arrière-grand-père, me trottait dans la tête depuis longtemps et, sans que je l'ai pleinement consciemment décidé, la chose s'est faite. Cette épopée a été racontée par épisodes dans l'émission « Au temps des Quéteux » sur fm43. Sûrement difficile à suivre à la radio puisqu'il fallait avoir écouté toutes les épisodes pour tout comprendre, Joe Janvier and Cie revient en forme écrite, plus facile à suivre puisqu'on pourra revenir aux épisodes antérieures simplement en scrollant sur le site de fm43. Et c'est partie pour la grande aventure.

Joe Janvier and Cie 1 : Carille et Sulla

Un fois, c'était un cultivateur de Sainte-Marguerite de Cortonne qu'on appelait Tit-Lys parce qu'il s'était fait tatouer une fleur de lys dans le front pour montrer que c'était un vrai canadien français. Comme tous les cultivateurs de Sainte-Marguerite de Cortonne, Joe Janvier, Pierre Coriveau ou La Chique à Jalbert, Tit-Lys s'occupait de sa terre de mai à septembre pour, après ça, partir bûcher en Haute Mauricie sur les chantiers au-dessus des Grandes Piles. Pis au printemps, il revenait avec la drave. Tit-Lys, c'était un maître draveur, comme Joe Janvier, Pierre Coriveau ou La Chique à Jalbert.

Là, c'était justement le printemps. Tit-Lys avait bûché tout l'hiver sur un chantier en haut des Grandes Piles avec Joe Janvier, Pierre Coriveau et La Chique à Jalbert. Les hommes préparaient leurs trains de bois pour descendre la rivière Saint-Maurice jusqu'à Trois-Rivières par la drave. Ca garochait le bois dans la rivière pis le courant commençait son ouvrage de transporteur. Pis sur le train de bois qui flottait sur les eaux de la rivière, les maîtres draveurs couraient, sautaient d'une bille de bois à l'autre, leur grande perche à la main pour défaire les embâcles. Mais ces hommes là, c'étaient Tit-Lys, Joe Janvier, Pierre Coriveau pis La Chique à Jalbert, c'était des maîtres draveurs.

Dans la descente du Saint-Maurice avec la drave, il y avait des bouts tranquilles mais il y avait aussi des rapides, des remous pis des coudes propices aux embâcles.

Joe Janvier, c'était le plus vieux, il avait plus d'expérience. Même si c'est Tit-Lys qui leadait la drave, Joe Janvier le mettait en garde.

-Attention mon Tit-Lys, là il va y avoir des rapides. Attention aux remous après, pis dans le prochain tournant, ça va être méchant pour les embâcles.

Ca, c'était ben pratique pour Tit-Lys, d'avoir le vieux Joe qui pouvait l'avertir des difficultés du trajet. En Mauricie, on dit, un maître draveur averti en vaut deux.

Mais là tout d'un coup, le vieux Joe Janvier s'est fait plus sérieux. On voyait qu'il entendait pas à rire avec ce qu'il s'apprêtait d'annoncer.

-Attention là mon Tit-Lys, là, on va passer entre Carille et Sulla.

-Hein, que c'est que c'est ça mon Joe ?, a demandé Tit-Lys.

  • Ca mon Tit-Lys, c'est un passage, d'un côté, c'est Carille, un remous épouvantable, ça va te faire un embâcle sans bon sens, on va rester confinés là un sapré bout de temps avant qu'on soit arrivé à défaire c't'embâcle méchant comme ça va faire.

  • Pis de l'autre côté, mon Joe ?


  • De l'autre côté, c'est Sulla. Ca, c'est le rocher de la Bête à Sept Têtes. Elle a sept grands cous avec une tête de serpent au bout qui peut t'attraper pis te manger si tu passes trop proche. Là mon Tit-Lys, il faut choisir entre Carille et Sulla.


Ben là, le passage arrivait vite, il fallait prendre une décision. Avec sa grande perche, mon Tit-Lys a dirigé le train de bois droit sur Carille, c'te remous épouvantable, ça t'a fait un méchant embâcle, ça jammé ben dur, tout s'est arrêté. L'équipe des maîtres draveurs, Tit-Lys, le vieux Joe Janvier, Pierre Coriveau et La Chique à Jalbert, du coup, se sont retrouvés confinés.

-Bon ben, a dit Tit-Lys, à c't'heure, on va défaire l'embâcle. On en a pour un bout de temps mais après ça, ce sera bon.

  • Woh, woh, vas pas si vite mon Tit-Lys, a répondu le vieux Joe. Quand on aura défait l'embâcle, il va falloir quand même passer par Sulla. C'est comme ça, c'est comme une loi dans notre belle nature de la Mauricie. On passe toujours de Carille en Sulla.

À suivre …....

Alain

9 vues0 commentaire