• Alain

Stories & heros


Les fictions de la culture populaire ont, entre autres, comme utilité, d'intervenir dans la réalité populaire. Fiction populaire et réalité sont deux univers parallèles qui s'inter influencent et peuvent même se connecter à certains moments.


Beaucoup de héros de la culture populaire ont influencé ou ont servi de modèle à un grand nombre de jeunes garçons et aussi jeunes filles qui ont pu comprendre l'utilité du courage et l'on développé et pratiqué chacun selon ses limites dans leurs vies d'hommes ou de femmes. Et parfois, les héros de l'imaginaire populaire ont pu intervenir de façon presque concrète dans la vie de héros de notre réalité. Ca été le cas du Captain Midnight.


En 1938 deux anciens pilotes de la première guerre mondiale, Wilfred Moore et Robert Burtt avaient créé un feuilleton radio qui relatait les exploits d'un ancien pilote de guerre, le captain Jim Albright, devenu un justicier aviateur qui combattait le crime sous l'identité secrète du Captain Midnight. Avec l'arrivée de la deuxième guerre, le Captain Midnight est vite devenu un espion qui défendait l'Amérique contre l'infiltration du nazisme. Les aventures du Captain Midnight , étaient présentées et financées par la boisson énergétique « Ovaltine » tous les jours à 17 h pendant 15 minutes.

A la fin de l'épisode du jour, pour avoir un indice sur la suite des événements à l'épisode suivant, le présentateur passait un message codé qu'on pouvait décoder avec le cod-o-graph. Le cod-o-graph, c'était une bague en laiton sur laquelle était inscrite en relief, dans un cercle, la correspondance des chiffres et des lettres de l'alphabet qui permettait de décoder les messages à la fin des épisodes du Captain Midnight. Et devinez où on pouvait se procurer un cod-o-graph, dans les boîtes de la bonne boisson énergétique « Ovaltine ». Comme ça, on pouvait avoir le cod-o-graph et boire de l'Olvaltine pour devenir fort comme le Captain Midnight.

Après l'attaque de Pearl Habor, l'Amérique est entrée dans la deuxième guerre mondiale et beaucoup d'auditeurs du Captain Midnight se sont dirigés vers l'aviation avec l'idée de ressembler à leur héros. Ils avaient, à peu près tous, amené avec eux le cod-o-graph du Captain Midnight, récupéré dans une boîte d'Ovaltine, en porte bonheur. Pendant la guerre, un groupe de pilotes américains se sont retrouvés prisonniers dans un camps allemand. Un des pilotes a eu une idée pour un plan d'évasion mais il ne pouvait pas communiquer directement avec les autres prisonniers sans que le plan soit connu de leurs gardiens. Les pilotes américains ont utilisé les cod-o-graphs du Captain Midnight sortis tout droit des boîtes d'Olvaltine pour communiquer entre eux leur plan d'évasion et c'est comme ça qu'ils ont pu passer sous le nez des allemands pour aller retrouver leur liberté et reprendre le combat aux commandes des aigles de guerre, autant de Captains Midnights dans le ciel pour défendre le monde libre.


Dans les années 50, la télévision a tenté d'amener le Captain Midnight sur le petit écran mais l'émission n'a tenu que deux saisons mais surtout, on a tenté à la télévision d'exploiter l'idée du cod-o-graph mais contrairement aux auditeurs du feuilleton radio, les téléspectateurs étaient beaucoup trop paresseux pour se donner la peine de décrypter les messages. Ca voudrait peut-être dire que l'écoute de la radio stimule mieux l'intelligence et donne envie de se lancer dans des efforts intellectuels qui nous apportent plaisir et instruction.


Il y eu une époque où les héros populaires et leurs aventures occupaient une grande plage horaire sur les ondes radiophoniques, en tous cas, en Amérique du Nord. Il pourrait sembler que ces héros de la radio avaient une meilleure influence que ceux de la télévision. Peut-être que la plus grande part laissée à l'imagination permettait la construction du héros dans l'imaginaire et aussi l'inconscient de l'individu pour l'influencer jusqu'à ce que le courage du héros populaire s'imprègne dans l'identité de l'auditeur. Aujourd'hui, les ondes radiophoniques sont principalement partagées entre la musique et les informations mais il manque assurément cette part de fiction qui rééquilibre la réalité et il serait justice de ramener les histoires à feuilletons à la radio et surtout avec des héros comme Lightning Jim ou le Captain Midnight pour remettre le courage au goût du jour si jamais on devait à nouveau combattre pour le monde libre.

Vous pouvez retrouver Lightning Jim ou le Captain Midnight dans certaines émissions de Pulp Radio.

Alain

4 vues0 commentaire
coop.png
aurafm-logo.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now